Black Weekend Deal
-50%
All Plans
Video translation workspace
Multilingual player with subtitles
Fast and reliable video hosting
Promotion ends in
0
Days
:
0
Hours
:
0
Minutes
Use code
BFCM2021
at checkout
*when committing to 12 monthly payments
Black Weekend Deal:
-50% All Plans
Use code
BFCM2021
at checkout
*when committing to 12 monthly payments

Mener une campagne électorale à l'aide des podcasts

Les élections du Bundestag allemand auront lieu le 26 septembre. Cette année, les campagnes électorales sont plus numériques qu'auparavant. Et bien que les podcasts aient joué un rôle plutôt mineur, ce format a beaucoup à offrir. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet et découvrir ce que l'alugha a à voir avec cela ici.

Read this article in: Deutsch, English, Français

Estimated reading time:11minutes

Le 26 septembre, l'élection du Bundestag allemand aura lieu. Cette année, la campagne électorale est plus numérique que jamais. Et bien que les podcasts aient joué un rôle plutôt mineur, ce format a beaucoup à offrir. Vous y trouverez des informations sur ce sujet et sur ce que l'alugha a à voir avec lui ici.

C’est parti! Le 26 septembre, l’Allemagne vote encore une fois le Bundestag. Ces élections marquent la fin de la longue période de Merkel, et les candidats au poste de chancelier font campagne de manière plus intense qu'ils ne l'ont peut-être fait au cours des législatures précédentes. A cause du coronavirus, mais aussi parce que le thème de la numérisation joue ou devrait jouer un rôle si important, cette campagne électorale est plus numérique que jamais. Les médias sociaux jouent un rôle important à cet égard. La plupart des partis et des candidats utilisent Instagram et Twitter, mais TikTok et YouTube sont également utilisés. De cette façon, les responsables politiques veulent paraître plus proches et plus authentiques. Néanmoins, une certaine prudence s'impose ici. Souvent, les personnalités politiques ne publient pas eux-mêmes leurs photos et textes sur Instagram, mais plutôt les employés qui sont responsables des comptes de médias sociaux. Peut-être vous demandez-vous déjà si les podcasts seraient peut-être un moyen approprié pour la campagne électorale. Deutschlandfunk Kultur s'est déjà penché sur la question et je vais maintenant la résumer et la développer.

Le podcast dans la campagne électorale

Hillary Clinton a montré que les podcasts et les campagnes électorales vont bien ensemble lors de sa campagne pour la présidence des États-Unis. Dans son podcast With her, elle a emmené les auditeurs dans son quotidien et leur a donné un aperçu auditif des coulisses de la campagne électorale et a révélé quelques détails personnels. Le podcast a été bien accueilli. Toutefois, il est important de noter qu'il s'agissait d'une campagne électorale américaine et donc d'une culture politique différente. D'une part, il s'agit d'une fonction beaucoup plus puissante que celle d'un chancelier allemand, et d'autre part, des informations plus privées et personnelles sur les candidats ont toujours été divulguées aux États-Unis. Le format podcast à la Hillary Clinton ne peut pas être transféré 1:1 à la campagne électorale fédérale. 

Néanmoins, les Allemands ont également découvert ce média pour eux-mêmes lors de la campagne électorale. La candidate des Verts à la chancellerie, Annalena Baerbock, a lancé son podcast Auf dem Weg (En chemin) il y a quelques semaines.Elle l'a enregistré dans son bus de tournée.  Il y a du bruit en arrière-plan et l'image sur Youtube est également saccadée. Cependant, on peut aussi considérer que cette situation est sympathique parce qu'elle est imparfaite. Deutschlandfunk Kultur a analysé qu'Annalena Baerbock ne se montre pas très personnelle ici, mais assume plutôt le rôle d'une journaliste sans aller directement en profondeur. Il s'agit, après tout, d'un outil de relations publiques et non d'un outil de journalisme. De plus, jusqu'à présent, il n'y a pas de direction claire dans laquelle son podcast devrait aller. Théoriquement, il y aurait suffisamment de temps dans le podcast pour répondre à des questions plus profondes. Dans le contexte actuel de la campagne électorale, il est certainement difficile de tout faire rentrer dans un format podcast. 

Ensuite, il y a le podcast dédié à la campagne électorale de la CDU. Il ne s'agit pas d'une production du candidat à la chancellerie, Armin Laschet, mais d'une campagne de la CDU connect, qui s'adresse davantage à un groupe cible jeune. Une personne de haut rang du parti apparaît toujours sur le podcast et tente de donner un aperçu des coulisses de la campagne électorale. Deutschlandfunk Kultur qualifie le podcast de tentative. 

Le SPD n'a pas de podcast de campagne électorale, mais il a un podcast du parti au Bundestag intitulé Lage der Fraktion (L'état du parti), qui aborde des questions majeures mais, selon Deutschlandfunk Kultur, ne va pas assez en profondeur. De plus, il n'est pas perçu comme particulièrement créatif.

Deutschlandfunk Kultur a trouvé que le podcast Ein Thema, zwei Farben (1 sujet, 2 couleurs) du candidat tête de liste de la FDP, Christian Lindner, était le plus professionnel à ce jour. Lindner anime ce podcast depuis quatre ans et met en ligne un nouvel épisode une fois par mois. Il interviewe une grande variété de personnalités de tous les domaines de la société. Cela va du musicien Eko Fresh au candidat au poste de chancelier de la CDU, Armin Laschet. Cela montre clairement qu'il ne se focalise pas justement sur son propre parti. Lindner assume ici un véritable rôle d'hôte. Il laisse la parole à  ses interlocuteurs, explique de temps en temps les positions de son groupe parlementaire et révèle de temps en temps des informations personnelles. Il fournit également une adresse courriel pour les commentaires. L'intro est un mélange de musique et de bribes. Lindner comprend l'image de marque personnelle. Son podcast n'est pas non plus un podcast de campagne électorale. Ce podcast fait une pause pendant l'été. 

Il est logique de ne pas mener un podcast de campagne électorale pure, ne serait-ce que pour établir une confiance durable et à long terme. En outre, la question se pose de savoir s'il est toujours nécessaire d'avoir son propre podcast. Quoi qu'il en soit. Ce qui peut être utile en phase de campagne électorale et qui rend le format podcast intéressant, c'est d'inviter des adversaires politiques et de les faire participer à un discours.

L'interaction entre le visuel et l'auditif

L'une des plateformes de podcast les plus populaires est YouTube. En principe, je trouve la combinaison de l'auditif et du visuel captivante et juste. Une raison pour cela c'est parce que des sous-titres peuvent y êtres créés pour inclure les personnes sourdes. Les signes peuvent également être superposés. Cependant, aucune des personnes nommées ci-dessus ne le font. Les sous-titres utilisés ont été créés automatiquement et ne sont pas toujours corrects. Je n'ai pas non plus trouvé de transcription nulle part. Si je me trompe, n'hésitez pas à m'informer. Bien sûr, la création manuelle de sous-titres prend beaucoup de temps. C'est pourquoi il existe des programmes qui permettent la transcription de la parole en texte. alugha est l'un d'entre eux. 

Le potentiel des podcasts multilingues

Les utilisateurs d'alugha, qu'ils soient producteurs ou consommateurs, savent déjà qu'il est cool de faire des podcasts multilingues. Premièrement, il me faut dire que je n'ai trouvé aucun podcast multilingue parmi les responsables politiques susmentionnés. Même pas en anglais. Eh bien, j'ai déjà entendu que chaque personne vivant en Allemagne et ayant le droit de vote doit connaître la langue allemande. En revanche, il faut ajouter que le langage utilisé en politique est très complexe. Un podcast en langue facile en plus du podcast standard serait déjà très bon et inclusif, et de plus assez facile à mettre en œuvre avec alugha. En outre, il est également plus facile pour certaines personnes issues de l'immigration d'entendre la campagne électorale aussi dans leur langue maternelle.  C'est un signe de concession, de compréhension et de convivialité. En outre, il existe également des minorités autochtones en Allemagne qui maîtrisent et utilisent l'allemand et leur langue minoritaire de manière égale. Dans ce cas, il est logique que les responsables politiques proposent également des services dans ces langues. Cela contribue également à la préservation des petites langues, d'autant plus qu'il a été annoncé récemment que Berlin allait devenir un centre de recherche sur les langues en danger. Avec alugha, c'est relativement facile à faire. C'est un avantage de l'IA. 

En outre, les responsables politiques veulent actuellement promouvoir la numérisation en Allemagne et garantir la protection des données. Alors pourquoi ne pas confier votre podcast à une entreprise numérique allemande qui protège les données ? 

Un regard au-delà de l'Allemagne

L'année prochaine, les élections présidentielles auront lieu en France. Il s'agit également d'un poste très puissant et, dans ce cas également, le format podcast aurait un grand potentiel, peut-être même plus grand qu'en Allemagne. La France compte également de nombreuses minorités, tant allochtones qu'autochtones. Ici aussi, une campagne électorale multilingue utilisant des podcasts serait une bonne idée. De plus, Mannheim n'est pas si loin de la frontière française et avec alugha, la France s'en remettrait à une entreprise européenne. Ce n'est peut-être pas entièrement faux...

Les podcasts qui ont déjà été produits par alugha sont accessibles ici.

 

#alugha

#everyoneslanguage

#multilingual

 

Sources:

https://www.deutschlandfunkkultur.de/podcasts-und-wahlkampf-politik-im-plauderton.4038.de.html?dram:article_id=502602 (06.09.2021, 10:58)

https://t3n.de/news/social-media-laschet-scholz-baerbock-1401494/ (06.09.2021, 13:10)

https://www.wuv.de/podcast/youtube_ist_der_beliebteste_podcast_kanal (06.09.2021, 15:00)

 

 

Photo: Co-Women via Unsplash

 

More articles by this producer