La violence (verbale) en obstétrique -- Interview avec Katharina

Pour la journée d'action contre la violence dans les soins obstétricaux, je me consacre à la violence linguistique. Et pour cela, je parle à Katharina, une des personnes qui luttent pour un accouchement autodéterminé depuis longtemps.

Read this article in: Deutsch, English, Français

Estimated reading time:12minutes

Le 25 novembre est le Roses Revolution Day, une journée d'action contre la violence dans les soins obstétricaux, dont le but est d'attirer l'attention sur les expériences violentes et abusives vécues au cours de l'accouchement. Les personnes concernées sont encouragées à déposer des roses et, en option, une lettre devant les établissements où elles ont subi des violences. Dans une interprétation un peu plus large de la journée, l'attention est également attirée sur le thème de la violence dans le post-partum. 

Et quel est le rapport avec alugha ?

Chez alugha, le langage est pour nous une importante préoccupation. Le langage permet également d'accomplir des actes violents ou non violents. Un autre aspect qui nous tient à cœur chez alugha est le multilinguisme et l'interaction globale. Le thème de la violence dans l'obstétrique est un phénomène mondial. C'est pourquoi j'ai trouvé le thème tout à fait approprié. 

C'est pourquoi j'ai parlé de la violence (verbale) en obstétrique avec Katharina. Katharina est mère de trois enfants  et a eu une fausse couche. Elle est diplômée en gestion d'entreprise, danseuse, auteure, blogueuse et, dans les pays germanophones, une personne connue qui se bat pour une naissance paisible pour toutes les parturientes. Sur son blog Ichgebäre, on trouve entre autres des histoires de naissance.

 

Salut Katharina. Je suis heureuse que tu aies pris le temps de te présenter brièvement pour nos lecteurs. Qui es-tu ? Que fais-tu dans la vie ?

Je m'appelle Katharina Tolle. Je suis la maman de trois enfants et j'ai eu une fausse couche et j'écris des histoires de naissance pour les parents qui manquent de mots (et de temps). Je tiens également un blog, Ich Gebäre, qui traite de l'interface entre les naissances, la société et le féminisme. Je m'engage pour une obstétrique qui s'oriente vers les souhaits de la femme qui accouche. Pour cela, il faut d'une part un consensus social sur le fait que les naissances nous marquent et que nous ne devons pas les considérer comme sans importance. D'autre part, il faut aussi des changements politiques concrets ainsi qu'une prise de conscience des femmes enceintes de leurs droits et de leurs possibilités.

 

La violence pendant l'accouchement est encore un sujet tabou. Rares sont ceux qui en parlent. Pourtant, ce n'est pas un cas isolé. As-tu des chiffres concrets sur le nombre de parturientes qui subissent des violences ?

Il n'existe pas de définition uniforme de la violence pendant l'accouchement. C'est ce qui rend l'évaluation si difficile. Et même si cette définition existait, le nombre de cas non recensés serait élevé. Les médias ne cessent de répéter qu'environ une femme sur trois subit des violences pendant l'accouchement.

 

Qu'est-ce qui relève de la "violence" ?

C'est précisément le point crucial : où commence la violence ; où s'arrête l'intérêt légitime du personnel ? Chaque femme peut vivre une situation superficiellement similaire de manière très différente. Je citerai quelques exemples pour l'illuster :

  • Une épisiotomie est pratiquée sans l'accord préalable de la parturiente.

  • La parturiente est maintenue dans une position qu'elle ne souhaite pas adopter, par exemple sur le dos. C'était encore plus extrême autrefois, lorsque les femmes étaient même attachées sur les lits.

  • On entend des remarques telles que "Maintenant, ne faites pas l'idiote, des milliers de femmes ont déjà vécu cela avant vous".

 

Il s'agit ici d'un blog sur le langage. Restons-en au thème de la "violence verbale" et de la "communication". Que recouvre cette notion ?

Comme nous l'avons déjà évoqué, ce qui est considéré comme une agression ou une violence par une personne n'en blesse pas d'autres. Cela dépend aussi beaucoup des circonstances personnelles. Il peut s'agir de ne pas prendre au sérieux la perception de la parturiente, comme par exemple lorsqu'on lui cache la douleur. Mais il peut aussi s'agir de choses personnelles. Cela peut paraître incroyable, mais une amie m'a raconté il y a quelque temps qu'on lui avait dit en salle d'accouchement : "Ah, en tant qu'Africaine, vous allez certainement accoucher en dansant - vous n'avez pas besoin d'aide". Après cela, elle s'est sentie trop intimidée pour demander des analgésiques. Cet exemple montre également qu'il ne s'agit pas toujours de mauvaise intention. Au contraire : de nombreuses situations que les parturientes (ou leurs partenaires*) qualifient a posteriori d'abusives ou de violentes sont dues à des conditions insuffisantes dans les cliniques. Le personnel est parfois tout simplement trop débordé pour écouter sereinement une parturiente qui, entre deux contractions, tente de décrire ce qui se passe en elle.

D'ailleurs, c'est aussi un problème d'opposer les expériences des femmes entre elles : "Ah, chez toi, ce n'étaient que des mots. J'ai failli me vider de mon sang parce que personne ne m'a prise au sérieux". Il est souvent difficile de savoir ce qui est "seulement" une agression et ce qui est "violent". Mais les deux femmes ont subi des violences qu'elles ont personnellement du mal à accepter.

La violence verbale est également très répandue au niveau international. Elle s'exprime de manière très différente : de la négligence à la non-assistance à personne en danger, en passant par les "remarques idiotes" et les césariennes pour des raisons financières, tout y passe.

 

Comment les sages-femmes/médecins peuvent-ils changer leurs formulations ?

Il est bien sûr judicieux de ne pas tenir de propos sur la couleur de peau, l'origine ou l'âge des parturientes. Il est probablement déjà utile que les salles d'accouchement aient elles-mêmes un personnel diversifié. Bien sûr, les formations continues de sensibilisation sont également utiles.

J'entends par ailleurs régulièrement la proposition selon laquelle le personnel médical devrait d'abord formuler ses décisions sous forme de question : "Je vais faire une épisiotomie, si vous êtes d'accord ?" C'est certainement une bonne solution pour les femmes qui se sont penchées au préalable sur le sujet en question. Toutefois, de nombreuses femmes ne s'intéressent que très peu aux détails médicaux au préalable. Si le personnel médical demande alors si un certain acte doit être effectué, cela pose à nouveau problème : la responsabilité de la décision incombe alors à la parturiente. L'accouchement est de toute façon une situation exceptionnelle. Dans cette situation, il n'est pas toujours possible de prendre des décisions spontanées.

Pour moi, la clé réside donc dans un suivi continu. Si les femmes parlent déjà pendant la grossesse avec le personnel qui sera ensuite présent lors de l'accouchement, cela présente plusieurs avantages : D'une part, on peut s'habituer l'un à l'autre sur le plan linguistique. La femme enceinte n'est alors plus surprise lorsqu'une sage-femme utilise certaines formulations. La naissance de notre fille était prévue à domicile. J'ai rencontré la sage-femme régulièrement pendant la grossesse pour des examens préventifs. Mon mari a également assisté à l'un de ces rendez-vous vers la fin de la grossesse. Et c'est là que nous avons discuté, par exemple, du fait qu'en cas de transfert médicalement nécessaire, notre sage-femme utiliserait des termes très radicaux lors de la conversation téléphonique avec les services de secours -- même si la situation n'était pas si urgente. "Ainsi, je peux m'assurer qu'ils envoient vraiment l'hélicoptère au lieu de l'ambulance". Le cas ne s'est pas présenté, notre fille est née à la maison de manière très détendue. Et pourtant, je suis contente que nous ayons discuté au préalable de la manière dont les choses se seraient déroulées. D'autre part, on apprend aussi à connaître les préférences et les comportements des personnes en face de soi et on peut mieux les évaluer. Un tel suivi continu n'est d'ailleurs pas seulement possible pour les accouchements extrahospitaliers. Certaines cliniques collaborent également avec des sages-femmes agréées qui s'occupent de la femme enceinte pendant la grossesse et sont également présentes lors de l'accouchement. Même sans sage-femme agréée, une grande partie de la violence verbale en salle d'accouchement pourrait probablement être résolue si le personnel ne devait pas autant sauter d'une salle d'accouchement à l'autre. Une personne qui peut se concentrer sur une personne (ou un couple) comprend plus rapidement comment la communication se déroule qu'une personne qui s'occupe constamment de différentes personnes.

 

Quel rôle peuvent jouer le père, une doula ou un autre accompagnant à la naissance ? Comment peuvent-ils aider à ce que la naissance soit moins violente ? Avec quelles expressions linguistiques ?

En règle générale, un partenaire ou une doula connaît déjà suffisamment la parturiente pour pouvoir mieux l'évaluer : en quoi se caractérise une communication respectueuse pour la parturiente ? Ces accompagnants à la naissance peuvent donc s'adresser à la parturiente de manière à ce qu'elle se sente bien. En outre, ils peuvent remplir une fonction de tampon entre la parturiente et le personnel médical. Cela peut par exemple se traduire par le fait que la femme dise entre les contractions "je préfère le protoxyde d'azote à la péridurale", mais que le partenaire ou la doula s'occupe ensuite de la discussion avec le personnel. Certes, l'accouchement est pour eux aussi une situation exceptionnelle, mais la plupart du temps, ils parviennent au moins à parler de manière cohérente.

 

Comment une parturiente peut-elle peut-être communiquer à l'avance comment elle aimerait que son accouchement se déroule ?

Dans le cas d'un accouchement extra-hospitalier, la sage-femme discutera déjà pendant la grossesse avec la femme enceinte de ses idées, de ses peurs et de son expérience de l'accouchement. C'est également possible pour les accouchements à l'hôpital, si ceux-ci sont suivis par des sages-femmes agréées - c'est-à-dire des sages-femmes qui ne travaillent pas en équipe mais qui sont de garde pour certaines femmes enceintes. Même si ce n'est pas le cas, il est possible d'évoquer certains souhaits lors de l'entretien préalable à l'hôpital. Les expériences des femmes sont ici très différentes. Certaines femmes ont fait de très bonnes expériences ; chez d'autres, les projets d'accouchement ont plutôt été tournés en dérision ou carrément rejetés : "Si c'est médicalement nécessaire, nous le ferons, et alors ce que vous avez écrit là n'a aucune importance". Un problème fondamental apparaît ici : on insinue souvent que les femmes qui ont certains souhaits mettent leur bébé en danger. Pourtant, aucune femme en bonne santé psychique ne souhaite mettre délibérément son bébé en danger. Au contraire, les femmes souhaitent que l'accouchement soit le moins problématique possible pour le bébé et pour elles-mêmes. Ce que cela signifie dans les cas individuels peut être très différent : cela peut aller de la césarienne souhaitée à l'accouchement seul. Pour donner plus de poids à leurs idées, certaines femmes rédigent des directives anticipées au lieu d'un plan de naissance. D'un point de vue juridique, ces directives ne sont pas aussi faciles à contourner qu'un plan de naissance.

 

Où une parturiente est-elle moins souvent victime de violence ? A la maison ?

Il n'y a guère de femmes qui subissent des violences à la maison pendant l'accouchement. Mais je pense que cela n'a qu'un rapport indirect avec le lieu d'accouchement. Cela a plutôt à voir avec les points que j'ai déjà mentionnés : La parturiente connaît déjà la sage-femme. Elles forment une équipe bien rodée. La sage-femme ne s'occupe pas d'autres parturientes pendant cette période. Elle est toujours présente. Il y a plus de temps pour discuter des choses. Tout cela favorise une expérience d'accouchement sans violence ni communication violente.

 

Qu'en penses-tu ? Serait-il judicieux que la linguistique aborde elle aussi le thème de la violence pendant l'accouchement ?

Dans tous les cas, il serait judicieux que ce thème sorte de sa niche. La linguistique a autant sa place que d'autres disciplines. Réfléchissons, rien que sur les mots que nous utilisons en allemand : Kreißsaal vient du moyen haut allemand et signifie crier. Nous appelons "Wehe" la contraction rythmique des muscles utérins pendant l'accouchement. Dans la Bible, il est dit (du moins dans la traduction allemande) que la femme doit accoucher dans la douleur. Il existe certainement toute une série d'approches qui pourraient être traitées linguistiquement.

Et en particulier sur le thème de la violence en obstétrique, la linguistique pourrait probablement faire des progrès si des études étaient menées sur toutes les "paroles stupides" qui sont prononcées en salle d'accouchement. Cela nous permettrait de sortir du récit d'anecdotes et de disposer de sources scientifiquement fondées.

 

Que souhaites-tu pour l'avenir de l'obstétrique ?

Je souhaite que l'obstétrique reprenne le dessus sur la médecine obstétricale. Que les femmes soient aidées lorsqu'elles en ont besoin, mais qu'elles ne soient pas mises sous tutelle. Pour cela, il faut un engagement au niveau politique, social, médical et personnel. C'est probablement un long chemin, mais il vaut la peine d'être parcouru. Car chaque naissance est unique et devrait avoir une valeur correspondante pour nous tous.

 

C'est la dernière question que je pose à tout le monde. Rien à voir avec l'obstétrique : quelles langues parles-tu et quelles langues aimerais-tu apprendre ?

Ma langue maternelle est l'allemand. Je parle couramment l'anglais. En revanche, mon latin et mon grec ancien n'existent que sur le papier. Je m'amuse beaucoup à lire l'alphabet cyrillique chaque fois que des mots me sautent aux yeux. Mais je ne comprends pas un mot de russe. Grâce à deux séjours à l'étranger, je parle également le finnois, qui s'est malheureusement un peu rouillé ces dernières années. Mais cela suffit toujours pour les vacances en famille. Oh, et je parle bas allemand avec ma grand-mère ! Si j'avais le choix et beaucoup de temps, j'apprendrais probablement le polonais, car nous habitons dans le Brandebourg et je trouve dommage de ne pas comprendre un mot de l'autre côté de la frontière. Le projet européen est trop important pour moi pour l'ignorer. Et purement parce que c'est très cool, j'aimerais aussi apprendre quelques bribes de klingon :-)

Résumons donc pour conclure :

  • La violence pendant l'accouchement peut être psychique ou physique. Il n'existe pas de définition unique.

  • La violence verbale peut aller des cris à l'encontre de la parturiente jusqu'à la discrimination raciale.

  • L'autodétermination est importante pour la parturiente. C'est pourquoi il est judicieux de clarifier les droits au préalable. 

Sur alugha, nous avons déjà quelques vidéos sur le thème de l'accouchement. Si tu souhaites également réaliser une vidéo multilingue sur l'accouchement ou tout autre sujet, enregistre-toi ici.

 

#alugha

#everyoneslanguage

#multilingual

Photo: Valeria Boltneva/ Pexels

More articles by this producer

We celebrate youth and their language

Young people walk through the streets. You can hear and recognise them: by their often not quite mature voices and by their use of language. Sometimes these are words that adults have not yet heard. But what exactly distinguishes youth language? What makes it so unique and distinctive? And what do G

Are animals able to talk?

Are animals able to speak? Do animals have their own language? How do animals communicate? Are animals able to learn human language? These are questions that people have been asking themselves for a long time.