Il ne va pas toujours de soi d‘être autorisé à parler sa langue maternelle

Il ne va pas toujours de soi d'être autorisé à parler sa langue maternelle. Cet article vous montre quelques tristes exemples.

Read this article in: Deutsch, English, Français

Estimated reading time:3minutes

Avertissement : cet article traite de meurtre et de génocide. Prenez soin de vous.

Découverte macabre près de Kamloops

Un reportage paru dans la presse ces dernières semaines m'a marqué : Il s'agit de la découverte macabre des restes de 215 corps d'enfants près de la petite ville canadienne de Kamloops. Ces enfants appartenaient à la population indigène canadienne et fréquentaient une Residential school, un pensionat de d'internement. Ils furent arrachés à leurs mères et emmenés dans des pensionnats. On y brûla leur vêtements et les enfants durent laisser derrière eux leur famille, leur culture et leur religion. Il leur était interdit de parler leur langue maternelle. L'objectif était une assimilation complète dans la société majoritaire canadienne. La residential school près de Kamloops a été fondée en 1890 et initialement financée par l'Église catholique. Les enfants qui y vivaient devaient être éduqués pour devenir de bon.ne.s chrétien.ne.s. En 1969, le pensionnat fut confié à l'État, mais les conditions ne se sont pas améliorées. Il ne ferma ses portes qu‘en 1978. Ce n‘était pas le seul établissement de "rééducation" au Canada. Le dernier n'a fermé qu'en 1996. Au total, environ 150 000 enfants indigènes ont été retirés à leur famille à cette époque. Les abus (sexuels) et la violence étaient à l'ordre du jour. Les enfants souffraient souvent de la faim et recevaient des soins médicaux inadéquats. Beaucoup sont morts, tout comme ces enfants dont les corps ont été récemment retrouvés. Bien plus encore n‘en ressortirent jamais. Quand leurs parents demandaient des nouvelles de leurs enfants, on leur disait toujours qu‘ils avaient fugué. Justice n‘a toujours pas été faite pour beaucoup de victimes. Une grande partie de la population autochtone considère que les internats sont conjointement responsables du taux élevé d'alcoolisme, de sans-abrisme et de toxicomanie parmi les indigènes. Les problèmes persistent donc jusqu'à présent. 

Les génocides culturels à travers le monde et l'histoire 

En Australie, par exemple, on parle des "générations volées". Il s'agit d'enfants aborigènes qui, à partir du XXe siècle, ont été séparés de force de leur famille et placés dans des foyers, des stations de mission ou des familles blanches afin qu'ils puissent grandir "comme les Blancs", , une pratique qui a aussi perduré jusqu‘à la fin des années 1960. 

À l'époque du national-socialisme, il existait des foyers Lebensborn gérés par les SS, où des enfants polonais blonds aux yeux bleus et à l'apparence "aryenne" étaient amenés et vivaient dans de mauvaises conditions.

Un génocide culturel actuel

Un exemple actuel peut être observé dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, où les Ouïghours et les autres minorités musulmanes qui y vivent sont internés dans des camps d'internement. Officiellement, ces minorités y sont détenues pour contrer le radicalisme et l'extrémisme religieux. Mais en réalité, le désir est celui de l'assimilation. Les prisonniers y sont gardés dans les conditions les plus désastreuses. De nombreux Ouïghours et autres minorités religieuses ont également été stérilisés de force ou contraints de subir des avortements. Même dans les cercles d'experts, cela est considéré comme un génocide culturel. Toutefois, ce n'est pas la première tentative de sinisation des minorités en Chine. 

Les exemples ci-dessus n'en sont que quelques-uns. Ce blog est principalement consacré aux langues et au multilinguisme. Cependant, la langue est politique. L'ethnocide peut également impliquer un linguicide. Une langue se perd parce que les gens ne sont pas autorisés à la parler. Bien sûr, ce n'est pas la seule raison pour laquelle les langues meurent. Le terme linguicide est rarement utilisé. Cependant, lorsque l'on parle de linguicide, il s'agit souvent du résultat d'un ethnocide. La langue faisant partie de l'identité, le fait de ne pas être autorisé à s'exprimer dans sa propre langue constitue une limitation évidente. Dans certains cas, il n‘y a pas que les langues qui finissent par disparaître, mais aussi leurs locuteurs. Nous ne pouvons ignorer cette triste réalité dans laquelle il ne va malheureusement pas de soi d‘être autorisé à parler sa langue maternelle.

 

#alugha

#everyoneslanguage

#multilingual

 

Sources:

https://www.arte.tv/de/videos/087898-000-A/arte-reportage/ (07.06.2021, 13:32)

https://www.arte.tv/de/videos/093799-000-A/misshandelt-und-umerzogen/ (07.06.2021, 13:22)

https://www.dw.com/de/grausige-knochenfunde-in-kanada/a-57710174 (07.06.2021, 13:22) 

https://www.faz.net/aktuell/feuilleton/medien/misshandelt-und-umerzogen-kanadas-first-nations-auf-arte-17289885.html?service=printPreview (07.06.2021,13:21)

https://de.wikipedia.org/wiki/Lebensborn (07.06.2021, 13:34)

https://de.wikipedia.org/wiki/Gestohlene_Generationen (07.06.2021, 13:41)

https://de.wikipedia.org/wiki/Uiguren#Heutige_Situation (07.06.2021, 13:35)

https://de.wikipedia.org/wiki/Umerziehungslager_in_Xinjiang (07.06.2021, 13:37)

 

Source de l'image: Louis Paulin via Unsplash. L'image montre la belle ville de Kamloops près de laquelle on avait trouvé les cadavres des enfants. 

 

 

CodeNameViewsPercentage
deuDeutsch6064.52%
engEnglish3032.26%
fraFrançais33.23%
Total93100%

More articles by this producer